En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Vous êtes ici :   Accueil » Visite du Musée Marconi par Daviken Laurent.
 
 

Visite du Musée Marconi par Daviken Laurent.

MUSEE GUGLIELMO MARCONI

GLACE BAY « NOVA SCOTIA »

Avec l'aimable autorisation de Laurent Daviken.

Merci Laurent pour ce reportage superbe.

Visitez son site.

Si lors d’un voyage au Canada, vous avez l’occasion de passer par la Nouvelle Ecosse et parcourir la Cabot Trail, l’une des plus belles routes panoramique au monde et qu’il vous reste un peu de temps après avoir visité la Forteresse Française de Louisbourg, faites un détour par Glace Bay.

A cet endroit vous découvrirez le Site Marconi et les vestiges du lieu historique d’où fut établie la première liaison radio entre l’Amérique du Nord et le vieux continent.

Panneau_Musee_Marconi.jpgCarte_Marconi_trail.jpg

A l’intérieur du Musée, vous découvrirez une exposition de photographies, d’artefacts de la vie de Marconi ainsi qu’une reproduction de la station originale constituée d’un bâtiment central et d’une antenne métallique constituée de 400 fils en cône inversé, suspendue à 4 tours géantes en bois d’une hauteur de 61 mètres.

Construction_tour_en_bois.jpg

Musee_Marconi-4.jpg

Musee_Marconi-Maquette.jpg

A l’extérieur du Musée Marconi, on peut encore observer aujourd’hui, les vestiges des assises en béton des pylônes d’antenne et des bâtiments abritant le matériel de transmission de « Table Head ».
Les fondations en béton sont les seules traces de la salle d’opérateurs radio depuis laquelle ont été envoyés les premiers messages transatlantiques le 15 décembre 1902.


Fondations_tour_en_bois.jpg

Chronologie :

Né en 1874 à Bologne en Italie, Guglielmo Marconi effectua des études de physique et se passionna très vite à la transmission des ondes Hertziennes.

A partir de 1895, il effectue de nombreuses expériences et perfectionne les inventions et découvertes de ses prédécesseurs (Hertz, Ruhmkorff, Popov, Branly) avec l’objectif d'accroître progressivement la portée des transmissions.

Après avoir établi une liaison entre deux points distants 14 km, au-dessus du canal de Bristol (Angleterre) en mai 1897, Marconi réalise avec Edouard Branly, la première communication transmanche (40 km), entre Douvres et Wimereux, près de Boulogne-sur-Mer en mars 1899.

En 1901 Marconi reçoit à « Signal Hill », dans la ville de Saint – Jean à Terre Neuve, le premier message radio transatlantique transmis sur une distance de 3 500 km.

Accusé par la Anglo-American Telegraph Company de violer son monopole dans le domaine des communications Marconi est obligé de mettre fin à ses expériences à Terre-Neuve.

Décidé à ne pas renoncer à ses projets, Marconi se rend à Ottawa et obtient la promesse du Premier Ministre et du Ministre des Finances Canadien d’obtenir une aide de 80 000 $ pour établir une station sur l’île du Cap Breton (Nouvelle Ecosse). Avec l’aide de personnalités locales influentes, Gugliemo Marconi est autorisé à installer sa station sur un promontoire venteux « Table Head » dominant l'Atlantique nord, en bordure de la ville minière florissante de Glace Bay.

Detecteur_dOndes_Electriques_Marconi.jpg


Le 15 décembre 1902, il envoie son premier message en sens inverse à Poldhu dans les Cornouailles en Angleterre.

Cette réussite couronne les efforts qu’il a investis dans la mise au point de la Télégraphie Sans Fil et inaugure du même coup l’ère des Télécommunications. Marconi poursuit des travaux importants au Cap Breton pendant des années. Il y construit deux autres stations, l’une près de Port Morien et l’autre à Louisboug. Ces trois stations jouent un rôle primordial dans le développement des premières installations de Télégraphe Sans Fil.

Tout au long de 1903, Marconi et ses assistants poursuivent leurs essais à cet endroit sans toutefois réussir à maintenir un service fiable.

Pour établir une liaison outre-atlantique sure et permanente, il faut du matériel plus puissant et des antennes plus hautes. En conséquence, pendant l’hiver 1904 – 1905, les installations de « Table Head » sont démontées. Pylônes, bâtiments, câbles et matériel sont transportés sur neuf kilomètres et réinstallés près de Port Morien. La nouvelle configuration donne les résultats escomptés, de sorte que dès juin 1905, la nouvelle station assure la transmission régulière avec l'Angleterre dans les deux sens pendant la journée.

Emetteur_a_Etincelles_Marconi.jpg

Le 17 octobre 1907, le poste  de Port Morien, relié par T.S.F à Clifden en Irlande, est officiellement ouvert au public. Marconi peut établir un service commercial transatlantique fiable, la liaison est si fiable qu’en février 1908, il inaugure un service radio outre-atlantique commercial ininterrompu.  
Au terme d'un contrat signé avec la Cunard Ship Company, il établit un service régulier de liaison sans fil entre les navires et la côte, qui révolutionne la sécurité en mer.
[En avril 1912, alerté par TSF du naufrage du Titanic (au large de la Nouvelle Ecosse !), le Carpathia de la compagnie Cunard, réussit à sauver plus de 700 naufragés].
En quelques années, tous les sujets de l'Empire britannique sont reliés par les stations de Marconi, dont la société, pendant l'entre-deux-guerres, détient le quasi-monopole de la transmission sans fil dans le monde. La réussite tant commerciale que scientifique de Marconi est assurée, mais sa perpétuelle recherche du progrès devait mener en 1946 à la fermeture de la station de la compagnie au Cap-Breton.


Aujourd’hui les stations Amateurs, GB2GM de Poldhu Angleterre et VA1VAS / VE1VAS de Glace Bay Nouvelle Ecosse, s’efforcent de perpétuer à travers différents évènements commémoratifs le souvenir de cette première liaison radio très longue distance.
 

GB2M_VAS.jpg

Site_Marconi_Table_Head.jpg

Musee_Marconi-2.jpg

Musee_Marconi-3.jpg

VA1_VAS.jpg


Date de création : 20/12/2014 - 09:16
Dernière modification : 20/12/2014 - 11:33
Catégorie : les Activités du 60 - Activités du 60.
Page lue 32429 fois

 
Texte à méditer :  Ce que le tableau représente ? Cela dépend de celui qui le regarde.  James Whistler